La France marque le 75ème anniversaire du Débarquement [en]

75e anniversaire du Débarquement - Intervention de M. Emmanuel Macron, président de la République

JPEG
Ver-sur-Mer (Calvados), le 6 Juin 2019

(Re)voir la cérémonie de lancement de la construction du mémorial britannique de Ver-sur-Mer dans le cadre du 75ème anniversaire du débarquement :

"C’est un honneur de lancer aujourd’hui avec vous, Madame le Premier ministre, chère Theresa MAY, la construction du mémorial britannique de Ver-sur-Mer. Ce mémorial que les Britanniques imaginent depuis longtemps, nous l’avons acté dès notre premier entretien à Paris en juin 2017. Nous en avons formalisé le principe lors du sommet franco-britannique de Sandhurst le 18 janvier 2018. Et nous sommes là, un an et demi plus tard à Gold Beach là où il y a 75 ans, le 6 juin 1944, près de 25 000 soldats britanniques ont débarqué pour libérer la France du joug nazi, là où de jeunes gens qui, pour beaucoup n’avaient jamais foulé le sol français, ont pris tous les risques, débarqué au petit matin sous le feu allemand, progressé sur une plage jonchée d’obstacles et de mines. Là où, dès le soir du 6 juin, a commencé à se dessiner la victoire, avec la conquête d’Arromanches, cette commune où sera installée le port artificiel de Murborry. La jonction avec les troupes canadiennes de Juno Beach peut alors se faire. Puis, dès le lendemain, la prise de Bayeux fut l’une des toutes premières villes françaises à être libérée de l’occupation barbare orchestrée par le Reich. Ce 6 juin 1944, plus de 400 Britanniques furent tués ou blessés, pour la liberté de leurs frères français et celle de l’Europe. Ce monument sera érigé en leur honneur. Et plus largement, en l’honneur des 22 000 soldats sous commandement britannique, ayant perdu la vie durant la bataille de Normandie, ainsi qu’en celui des victimes civiles. Il fallait en effet réparer cette anomalie qui faisait qu’aucun lieu ne rendait hommage aux contributions du Royaume-Uni à la bataille de Normandie. Au nom du passé, parce qu’il était intolérable que le sacrifice de ces jeunes gens soit comme effacé de la mémoire collective. Au nom de l’avenir, car c’est en regardant notre histoire en face et en nous inclinant devant ceux à qui nous devons de vivre libre que nous pourrons envisager notre avenir avec confiance. Ce monument sera aussi un puissant symbole des liens singuliers qui unissent nos deux nations, le Royaume-Uni et la France. Rien ne les effacera, rien n’effacera jamais ces liens faits de sang versé et de valeurs partagées. Les débats du présent n’enlèvent rien au contraire à la force de notre histoire partagée et de notre avenir commun. Nous avons toujours avec la première ministre veillé à ce que la relation entre nos deux pays soit marquée du sceau de la confiance, de l’amitié et de projets partagés. Je poursuivrai toujours dans cette voie parce que notre histoire nous dépasse, parce que nos vétérans nous obligent. We owe our freedom to our veterans and whatever it takes we will never surrender and whatever it takes we will always stand together because this is our common destiny. Sur un plan plus personnel, vous me permettrez de dire à Theresa MAY toute mon amitié et tout le plaisir que j’ai eu à travailler et à agir en confiance avec elle. Les dirigeants passent mais le travail qu’ils accomplissent reste et la force de notre lien dépasse les péripéties du moment. Et je crois, chère Theresa MAY, que nous pouvons être fiers des actions menées ensemble, des causes portées en commun pour nos deux pays comme sur le plan international. Nous pouvons être fiers des résultats obtenus dont ce mémorial n’est pas la moindre des illustrations et je vous en remercie. Vive l’amitié entre nos deux pays et merci à toutes celles et ceux qui se sont battus pour que le sol français redevienne libre." Emmanuel Macron - 6 juin 2019


Sources : Elysée.fr, uk.ambafrance.org

Dernière modification : 17/06/2019

Haut de page