Soraya Rhofir est la lauréate de la résidence d’arts visuels Te Whare Hera 2017 [en]

L’artiste française Soraya Rhofir a été sélectionnée pour être la prochaine lauréate du programme de résidence artistique, Te Whare Hēra, créée par Massey University School of art, en partenariat avec la municipalité de Wellington.

Soraya Rhofir - JPEG
Soraya Rhofir (née en 1981 à Paris) développe depuis dix ans un travail de collages et de mises en scène d’images, qui oscille entre le format A4 et l’installation in-situ.

Sa démarche vise un point de déséquilibre du point de vue des matériaux, des perspectives, et des images qu’elle réemploie.

Elle collecte ces artéfacts à l’esthétique irrésolue (figures, mascottes, motifs 16bits) dans les périphéries de flux d’images, les amalgame puis les déploie : du plan jusqu’aux multiples dimensions.

Avec des matériaux communs, une imagerie populaire et des outils du quotidien, elle compose des récits cosmiques porteurs de virtualités.

Des expositions personnelles lui ont été consacrées aux Eglises, Chelles, en 2013, et au Parc Saint-Léger, Pougues-les-Eaux (hors-les-murs), en 2012. Elle a été sélectionnée au Prix Ricard en 2010 et à la section internationale Present-Future Artissima en 2014.
Elle a collaboré en 2016 avec le réalisateur Trent Harris à la direction artistique de son dernier film.

Te Whare Hēra est un programme initié en 2014 par l’école d’art Whiti o Rehua (Massey University, Wellington, Nouvelle-Zélande), en collaboration avec la mairie de Wellington.

Ce dispositif permet d’accueillir en résidence des artistes visuels internationaux dans d’excellentes conditions.

Le partenariat avec l’Ambassade de France permet de recevoir un artiste français par an durant trois ans (2016, 2017, 2018), durant l’été et l’automne austraux, entre janvier et juin.

Les objectifs de ce programme sont d’une part d’offrir à des artistes internationaux un environnement favorable au développement de nouveaux projets et de nouvelles recherches, éventuellement informés par le contexte particulier de Wellington et de la Nouvelle-Zélande, d’autre part d’encourager les échanges et collaborations avec la scène locale des arts visuels, enfin de faire connaître le travail de l’artiste invité auprès des institutions néo-zélandaises et du public.

Les lauréats pour l’année 2016 étaient Étienne de France et le duo Louise Hervé and Chloé Maillet.

Dernière modification : 19/01/2017

Haut de page